A l’occasion de la crise sanitaire, les inégalités femmes-hommes ont été mises, une nouvelle fois, en exergue et plusieurs voix ont dénoncé l’absence des femmes dans les débats sur le monde post- Covid. Le collectif Les Sororistas, qui compte aujourd’hui une centaine de membres, a décidé d’agir en invitant les femmes à participer à la construction du monde de demain à travers un concours d’écriture (voir les modalités du concours ici).

Nous sommes très heureuses de l’accueil que reçoit cette initiative ! Deux semaines avant la fin du concours, nous avons d’ores et déjà reçu 130 textes, écrits par des autrices de tous âges, originaires de France et d’ailleurs

Sophie Garcia, cofondatrice du collectif Sororistas.

Alors que la fin des candidatures approche, le jury du concours se dévoile: femmes de lettres, entrepreneures, artistes, journalistes, scientifiques…
Elles sont toutes convaincues que, plus que jamais, les femmes ont un rôle à jouer dans la transformation du monde.

Un jury composé de personnalités de premier plan

Présidente du jury:

Geneviève Brisac est l’une des intellectuelles françaises les plus libres qui soient. Tout à la fois écrivaine, essayiste, éditrice, prix Fémina 1996, elle a à coeur de remettre à l’honneur les grandes écrivaines et de rendre plus visibles les autrices actuelles.

Membres du jury:

  • Aurore Bisicchia, cofondatrice du média Chut!, le magazine à l’écoute du numérique.
  • Laure Bretton, journaliste, cheffe du service politique à Libération.
  • Marie Eloy, fondatrice des réseaux Bouge ta boîte et de Femmes de Bretagne, présidente du réseau Femmes des Territoires.
  • Goretty Ferreira, fondatrice et dirigeante de l’Agence pour l’Entreprenariat Féminin.
  • Corinne Hirsch, dirigeante d’Aequiso, cofondatrice et vice-présidente du Laboratoire de l’Egalité, coordinatrice Femmes ici et ailleurs.
  • Sophie Iborra, dirigeante d’entreprise, vice-présidente de la CPME nationale, membre du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes.
  • Céline Nogueira, comédienne, metteuse en scène, autrice, fondatrice de la Compagnie Innocentia Inviolata. 
  • Sandrine Roudaut, prospective pour un autre monde, autrice et cofondatrice des éditions La Mer salée.
  • Aurélie Salvaire, écrivaine et fondatrice de Shiftbalance, think tank sur l’égalité des genres.
  • Sylvie Vauclair, astrophysicienne et professeure émérite à l’Université Toulouse 3 – Paul Sabatier.
  • Eliane Viennot, professeuse émérite de littérature de la Renaissance à l’Université Jean Monnet de Saint- Etienne, historienne spécialiste des relations de pouvoir entre les sexes.
  • Dona Vitonou, responsable inclusion et diversité d’Airbus.

Remise des prix

Les prix seront remis en fin d’année à Toulouse sous forme d’un événement inédit, en présentiel ou distanciel en fonction de la situation sanitaire. “Les dix textes lauréats seront publiés sous forme de recueil, les cinq meilleurs sous forme de podcast et nous prévoyons de faire lire les textes, sur scène, par des comédiennes ou les membres de notre jury” indique le collectif Les Sororistas.

Sororistas, qu’est-ce que c’est ?

4 femmes sont à l’origine des Sororistas et de ce concours d’écriture : Emmanuelle Durand-Rodriguez, Sophie Garcia, Julie Landès et Sarah Neumann.
Depuis le lancement de cette initiative en juin dernier, elles ont été rejointes par une centaine de femmes, parmi lesquelles Isabelle Rome, Haute fonctionnaire à l’égalité femmes- hommes au Ministère de la Justice. 

“Nous sommes issues d’univers très variés, mais nous partageons toutes une conviction commune : pour construire une société plus juste, égalitaire, créative et inventive, il faut entendre ce que les femmes ont à dire, ce qu’elles pensent, ce qu’elles pressentent et ce qu’elles veulent” 

Julie Landès

“Or aujourd’hui encore, les femmes sont sous-représentées dans les médias, dans l’édition, dans la recherche et globalement dans les lieux de pouvoir où les décisions se prennent” 

Emmanuelle Durand-Rodriguez

Le concours est inspiré par le procédé de la régnose, un terme inventé par l’allemand Matthias Horx mais utilisé depuis toujours par les auteurs de science-fiction, qui permet d’imaginer les événements extérieurs futurs et les transformations intérieures qui s’opèrent en parallèle. En nous projetant ainsi, nous nous connectons au futur, ce qui donne naissance à de nouveaux récits du monde

Sarah Neumann

Source: Sororistas
– Le 3 septembre 2020-

Découvrez aussi...